Crédits à la consommation

Qui vous conseille pour bien gérer votre patrimoine ?

Bien gérer son patrimoine est primordial afin de profiter d’un bon rendement et le transmettre aux héritiers dans les meilleures conditions. Vous pouvez avoir recours à différents conseillers afin de vous accompagner dans la gestion de vos actifs. Ce sont, en règle générale, les conseillers en investissements financiers (CIF) mais aussi les notaires, les avocats de famille, les experts-comptables ou encore les conseillers fiscaux.

 

Les conseillers en investissements financiers

Ils englobent les conseillers en gestion de patrimoine bancaires, les CGP indépendants, de même que les courtiers et les conseillers financiers. Les CIF doivent se conformer à certaines contraintes dans l’exercice de leurs fonctions, comme l’immatriculation à l’ORIAS et l’enregistrement au REGAFI. Ils sont également règlementés par l’Autorité des marchés financiers (CIF). Notons qu’un CIF peut être une personne morale ou physique. Un CIF doit disposer d’au moins un an d’expérience dans le secteur dans lequel il se spécialise, c’est-à-dire l’investissement en instruments financiers.

 

Les notaires et les avocats de famille

Ce sont des hommes de loi qui sont surtout spécialisés dans la gestion des affaires juridiques se rapportant à la gestion d’un patrimoine. Par exemple sur la mise en place d’un montage permettant d’optimiser sa transmission et afin de préparer sereinement la succession. Les époux peuvent choisir un régime matrimonial avant la signature de leur contrat de mariage pour le partage des biens en cas de divorce ou de décès. Toujours est-il que les CIF partagent également ces conseils auprès de leurs clients ; il s’agit de recommandations complètes.

 

Les experts-comptables et les conseillers fiscaux

Ce sont les conseillers les plus sollicités par les entreprises, quelle que soit la forme juridique. Ils sont spécialisés dans l’interprétation des chiffres et des données comptables et fiscales pour juger de la santé financière de l’entreprise. Par conséquent, ils sont en mesure d’aider l’entrepreneur à prendre les meilleures décisions.

 

Les obligations du CIF envers son client

Faire appel à un CIF se fait en plusieurs étapes : la remise du document d’entrée en relation au client, qui est suivie de la signature de la lettre de mission. Cette dernière contient les engagements du conseiller, la durée de la mission, les engagements du client, les obligations des deux parties. Sont également stipulées dans la lettre de mission : les clauses de confidentialité, la gestion des conflits d’intérêt, la protection des données du client, le coût de la prestation, la facturation, les modalités de rémunération. Idem en ce qui concerne les modalités de résiliation ou de rétractation, les conditions relatives à la cassation du contrat et la gestion en cas de conflit et de litige entre les deux parties.

Le CIF remet ensuite un questionnaire de connaissance du client afin de mieux cerner son profil : quelle est sa situation personnelle, professionnelle, financière ? Quels sont ses objectifs de placement ? Quel est son degré de vulnérabilité aux risques ?

Le CIF met ensuite une place la stratégie d’investissement répondant aux objectifs de son client, en effectuant une déclaration d’adéquation, c’est-à-dire en justifiant en quoi ladite stratégie est adaptée à ce dernier.

Les missions du CIF se prolongent dans le temps, son but étant d’accompagner son client en fonction de l’évolution de sa situation. Ce, dans tous les domaines : familiale (mariage, naissances, décès du conjoint), professionnelle et financière (entrée dans la vie active, chômage, augmentation de revenus, changement d’emploi, création de sa propre entreprise, départ à la retraite et baisse de revenus, etc.). Les différents textes de lois quant à eux peuvent aussi changer au fil des ans : il appartient au conseiller en gestion patrimoniale d’en informer son client et de définir les nouvelles stratégies afférentes à la gestion de ses actifs selon le cas.